Catégories
Enfance et développement

Puis-je trop louer?

Les systèmes de louanges et de récompenses publiques sont monnaie courante dans nos écoles et nos établissements et beaucoup visent à féliciter les enfants pour leur comportement positif. Mais il y a un côté plus négatif à ces systèmes, en fait il y a un côté plus négatif à louer!

Lorsque nous félicitons les enfants, c’est un peu comme leur offrir un bonbon. Ils ont un bon sentiment à l'intérieur et veulent plus, ce que l'on pourrait dire est une bonne chose parce que nous voulons que nos enfants se comportent … Cependant, vous pouvez avoir trop de bonnes choses. Trop de bonbons et nos dents sont pourries et nous deviendrons en surpoids. Trop d'éloges et les éloges risquent fort de ne plus avoir de sens, les enfants perdront tout intérêt pour nos récompenses et nous devrons penser à des récompenses et des éloges plus grands et meilleurs autant que possible afin de les amener à se conformer! L'incitation pourrait bientôt disparaître. Les enfants peuvent devenir dépendants des louanges et commencer à se juger selon des critères extrinsèques. Ils deviennent dépendants de notre approbation et peuvent perdre leur capacité à penser par eux-mêmes, par exemple, je n’ai pas reçu d’autocollant aujourd'hui et mon ami l’a fait, peut-être que je n’étais pas assez bon.

L'encouragement est plus efficace pour aider les enfants à comprendre l'impact de leur comportement et peut se sentir tout aussi positif pour un enfant que l'éloge. La louange s'accompagne souvent d'un jugement, par exemple, disant: "Bon garçon, tu as fait une grande tour!" semble efficace, cependant, il donne le message subtil que ce n'est que parce qu'il a fait la grande tour qu'il est bon. Et si sa tour n’était pas aussi belle – serait-il toujours bon? L'encouragement ne porte pas de jugement, nous pouvons donc dire quelque chose comme: "Vous devez être si fier de votre tour!" ou «Vous avez travaillé si dur pour construire votre tour aujourd'hui» qui donne le message que l'enfant devrait se sentir fier de lui-même et que leur travail acharné était la chose importante, pas à quel point la tour est grande. Des éloges ainsi étiquetés ou des déclarations encourageantes lorsque nous utilisons la description pour faire savoir à l'enfant quelle partie de son comportement nous réjouit peut fonctionner très efficacement, par exemple: «Sara, tu écoutes très attentivement!» Ce type de déclaration aide toujours les enfants à se sentir bien, mais se concentre sur l'effort et non sur la réalisation.

En ce qui concerne les tableaux de comportement, les enfants peuvent se sentir obligés de se comporter d'une certaine manière parce qu'ils ont peur d'être publiquement honteux ou craignent de contrarier leur enseignant. Je pense donc qu'il y a une considération morale ici – devrions-nous faire en sorte que les enfants se sentent mal, voire effrayés, afin de les encourager à se comporter d'une certaine manière? Il me semble inapproprié que, malgré tout ce que nous savons et comprenons sur les traumatismes et les effets du cortisol sur le cerveau, les écoles et les milieux comptent toujours sur ces systèmes obsolètes.

L'éloge lié aux tableaux de comportement est basé sur la théorie selon laquelle les enfants peuvent être conditionnés à se comporter de certaines manières grâce au renforcement positif. Les recherches dans ce domaine se sont principalement concentrées sur le comportement animal et ont montré que si nous faisons A, l'animal fera B.Elle repose sur la récompense d'un comportement souhaitable afin que cela se répète et parfois cela inclut la punition d'un comportement indésirable afin que cela ne soit pas répété. Il estime que le comportement peut être modifié en offrant des récompenses ou des sanctions extrinsèques. Cependant, bien que dans une certaine mesure ces systèmes fonctionnent avec les enfants, cette approche comportementaliste ignore le monde des émotions, la théorie de l'estime de soi et le pouvoir de la motivation intrinsèque.

Je veux réfléchir à différents types d'enfants pour lesquels ces systèmes ne fonctionneront pas et seront potentiellement dommageables:

L'enfant invisible

Ces enfants sont dans notre environnement et ils ne font jamais d'histoires. Ils sont faciles à entretenir, ils ne demandent pas particulièrement notre attention car ils sont assez conformes. Pour ces enfants, un tableau de comportement n'a pas de sens. Ils ne se déplaceront jamais vers le haut ou vers le bas parce qu'ils sont pour la plupart obéissants et soumis aux adultes et que leur comportement n'est pas remarqué. Le graphique donne à l'enfant le message qu'il est invisible.

L'enfant difficile

Nous savons certainement que cet enfant existe. Étant donné 5 minutes dans la salle et le nom de cet enfant sera déjà sur notre tableau. Pour certains enfants, obtenir leur nom sur le «nuage de pluie» leur donnera un peu de crédibilité dans la rue! Pour commencer, ils voudront peut-être se conformer, mais très vite, ils se rendent compte que leur mieux ne suffit pas. Ils n'arriveront jamais au soleil, alors pourquoi s'embêter. Le tableau donne à l'enfant le message qu'il n'est pas assez bon et ne le sera jamais.

Le plus performant

Cet enfant travaille dur et réussit toujours bien. Leur nom passe facilement au soleil assez rapidement, simplement en terminant leurs activités à l'heure ou en aidant à ranger. Le tableau donne à l'enfant le message qu'il n'a pas besoin de travailler dur, il fera toujours bien s'il plaît à la personne responsable et s'il est conforme.

L'enfant avec une faible estime de soi

Cet enfant se sent déjà comme un échec. Ils s'efforcent de plaire mais ne parviennent jamais à se mesurer. Ils se sentent indignes et si leur nom continue sur le nuage de pluie, cela renforcera cette croyance. Le tableau donne à cet enfant le message qu'il ne vaut rien.

Maria Lungu (2018) demande quelle sorte d'adulte nous voulons que nos enfants deviennent? «Voulons-nous former une personne obéissante, humble, soumise, dépendante de l'approbation et de l'appréciation des autres ou voulons-nous des personnes autonomes, indépendantes, responsables avec une bonne image et une estime de soi positive? La façon dont vous utilisez les éloges et les récompenses déterminera le type d'adultes que nous cultivons.

Ce que nous voulons pour les enfants, c'est qu'ils soient tellement engagés dans ce que nous offrons, tellement excités par notre offre et nos provocations dans l'environnement d'apprentissage qu'ils ont hâte de s'impliquer chaque jour. Nous voulons encourager ces caractéristiques d’apprentissage efficace chez nos enfants, afin qu’ils deviennent résilients, aient une attitude positive et soient heureux d’essayer de nouvelles choses. Nous voulons que nos enfants sachent qu'avec suffisamment de dur labeur ou d'efforts, tout est possible et nous voulons que nos enfants pensent par eux-mêmes, défient l'autorité s'ils en ont besoin et ne se soumettent pas aveuglément.

À mon avis, il y a une place spécifique pour les récompenses et les incitations lorsqu'elles sont utilisées avec parcimonie et lorsqu'elles exploitent les intérêts ou la motivation intrinsèque des enfants et ne font pas honte publiquement aux enfants. J'ai utilisé des tableaux d'apprentissage de la propreté à la maison et je suis connu pour récompenser mes enfants pour avoir rangé leur chambre avec un curly-wurly! Des systèmes de cadres / classes entiers qui lient les éloges et les sanctions à la honte sociale ou à l'isolement sont inappropriés et doivent être évités. Ces types de systèmes sont très préjudiciables à l’estime de soi des enfants et sapent le travail autour de la mentalité de croissance.

Alors oui, on peut trop louer! Au lieu de cela, concentrons-nous sur les encouragements et tirons parti de la motivation intrinsèque des enfants, puis nos éloges ou notre approbation ne seront pas nécessaires et ce tableau de récompenses peut être jeté!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *