Catégories
Enfance et développement

Série EYFS: Questions de développement et modifications de l'évaluation et de la modération

Dans la deuxième partie de notre nouvelle série, nous examinons de plus près les changements à venir dans le nouvel EYFS et quelques-uns des principaux changements apportés aux directives «Development Matters».

Qu'est-ce que le guide Development Matters?

Assis aux côtés de l'EYFS, se trouve le document d'orientation non statutaire, "Questions de développement», Publié pour la première fois en 2012. Ce document soutient les praticiens de l'éducation préscolaire dans leur pratique, en donnant des conseils sur l'observation et l'évaluation des enfants, et peut aider les praticiens à faire des évaluations sommatives des enfants individuels, pour voir s'ils sont sur la bonne voie avec leur développement en les domaines clés.

Les praticiens professionnels évalueront et contrôleront toujours les enfants dont ils ont la charge, informeront les parents et surveilleront de près la progression des enfants, et ceci est souvent connu sous le nom d'évaluation formative ou d'évaluations qui sont faites dans les échanges quotidiens sur une base continue. base. Dans les établissements d'enseignement pour les enfants plus âgés, comme l'école primaire ou secondaire, les enseignants sont souvent impliqués dans des évaluations formatives telles que vérifier la compréhension de l'élève de la leçon, ou leur donner des exercices à faire pour montrer qu'ils peuvent utiliser et épeler les mots (par exemple, le vocabulaire anglais ) ou peut faire les calculs (maths). Ces types d'évaluation permettent aux enseignants de voir ce qui est retenu (ou non) et d'adapter leur leçon en conséquence.

De même, dans les premières années, les praticiens chercheront à savoir si les enfants interagissent avec eux, comment ils se socialisent, leur capacité à marquer-faire, etc., sur une base quotidienne et peuvent enregistrer cela sur un ordinateur ou une feuille de route quotidienne.

Les évaluations sommatives sont celles qui «résument» essentiellement ce que les enfants ont appris à la fin d’une période donnée. Dans l'exemple d'un élève du secondaire, il peut s'agir d'un test de fin de trimestre, voire d'un GCSE. Dans le cas de la petite enfance, le document «Development Matters» décrit certains points d'évaluation clés qui peuvent être utilisés pour voir dans quelle mesure les enfants vont bien, par rapport aux développements attendus.

Cette orientation. cependant, n'était pas destiné à être un exercice de type «  case à cocher '' ou une «  liste de contrôle '' puisque l'accent est mis dans la petite enfance sur le fait que tous les enfants sont différents et apprennent et se développent à des rythmes différents, mais dans certains contextes, il a été utilisé de cette manière , et certains contextes ont mesuré leur succès sur la question de savoir si les enfants atteignent les «jalons» en cours de route. Le danger est que vous pouvez manquer des marqueurs et des développements plus holistiques lorsque vous vous concentrez sur le «cocher» des éléments de la liste.

Par conséquent, dans le cadre des changements récents, le document Development Matters a également été révisé (bien que toujours appelé «Development Matters»), et a été publié en septembre 2020, mais à l'instar du nouvel EYFS, la révision n'est pas déployée au niveau national avant septembre 2021. En effet, l’un des principaux objectifs de la mise à jour du document était de traiter la charge de travail axée sur les données qui devenait ingérable dans de nombreux contextes, avec un besoin constant d’enregistrer des données sur le développement presque au détriment d’autres domaines. Parmi les autres raisons justifiant les mises à jour figurent le désir d’améliorer la communication des enfants, en particulier leur langue parlée et la nécessité de «combler l’écart» là où les enfants risquent de prendre du retard sur leurs pairs.

Il est recommandé que les praticiens comprennent les 7 caractéristiques clés d'une pratique efficace en profondeur en tant que priorité.

Ceux-ci sont décrits comme suit:

  • Le meilleur pour chaque enfant
  • Des soins de qualité
  • Le programme: ce que nous voulons que les enfants apprennent
  • Pédagogie: aider les enfants à apprendre
  • Évaluation: vérifier ce que les enfants ont appris
  • Autorégulation et fonction exécutive
  • Partenariat avec les parents

Il recommande également que les praticiens connaissent les 3 caractéristiques d'un enseignement et d'un apprentissage efficaces:

  • Jouer et explorer
  • Apprentissage actif
  • Créer et penser de manière critique

Les points de contrôle d'observation sous chaque rubrique indiquent que les enfants de chaque groupe d'âge «apprendront à» plutôt que de dire «auront réalisé» de sorte que l'accent soit mis sur le développement individuel plutôt que d'amener tous les enfants à atteindre un critère particulier à un certain âge. . Les établissements doivent développer leurs programmes en tenant compte de ces éléments, puis, en fonction de l'âge des enfants dans le cadre, le document peut ensuite être lu par tranches d'âge, en se concentrant sur les besoins de différents groupes d'âge à des moments différents. Dans la version précédente, la démarcation du développement des enfants incluait des tranches d’âge qui se chevauchaient telles que la naissance à 11 mois et 8 à 20 mois, 16 à 26 mois par exemple. Le nouveau guide est divisé en 3 groupes principaux avec des «points de contrôle d'observation» subdivisés à différentes étapes du parcours. Cependant, les tranches d’âge sont désormais moins spécifiques avec moins de périodes définies dans la tranche d’âge «de la naissance à 3 ans». C’est pour refléter les recherches suggérant que le développement des enfants n’est pas linéaire, mais «ressemble plus à une toile d’araignée à plusieurs brins».

Les tranches d'âge sont désormais:

  • De la naissance à trois ans – bébés, tout-petits et jeunes enfants
  • 3-4 ans
  • Enfants à la réception

Les points de contrôle d’observation ont pour but d’aider le personnel à détecter si un enfant risque de prendre du retard dans son développement, et pas seulement les points de collecte de données pour la collecte de données. Le document met plutôt l’accent sur la valeur du «jugement professionnel» qui met en évidence la nécessité de développer des praticiens professionnels et réfléchis à tous les niveaux.

Les objectifs d'apprentissage pour la petite enfance (ELG) sont les objectifs ou cibles que les enfants doivent atteindre à la fin de leur année d'accueil. Cependant, les enfants travailleront pour atteindre ces objectifs tout au long de leur enfance et, par conséquent, les programmes devraient être réfléchis en conséquence. Il existe actuellement 17 ELG spécifiques qui couvrent les 7 domaines d'apprentissage, notamment:

  • Communication et langage
  • Développement personnel, social et émotionnel
  • Développement physique
  • L'alphabétisation
  • Mathématiques
  • Comprendre le monde
  • Art et design expressifs

Certains des changements proposés à l'EYFS affectent ces objectifs d'apprentissage précoce, tels que la suppression du besoin spécifique d'enseigner «Forme, espace et mesures» dans la section Mathématiques, bien que certains aspects de cette question devraient encore être enseignés dans le cadre d'un «Programme bien équilibré», il reste donc des zones d'ombre sur l'impact des changements sur les praticiens et sur la manière dont cela changera ce qu'ils font.

Il est également important de comprendre la différence entre les ELG et la fourniture d'un programme complet lors de la conception du matériel pédagogique pour la petite enfance, de sorte qu'il soit holistique et large et ne se concentre pas uniquement sur l'évaluation ELG qui se fait à la fin. de l'année de réception. Cela reviendrait à dire qu'un enseignement secondaire devrait se concentrer uniquement sur les informations nécessaires pour réussir les examens GCSE, ce qui serait clairement très limitatif.

Des organisations et des praticiens de la petite enfance ont également critiqué les nouvelles orientations de Development Matters qui estiment que loin de promouvoir un programme plus holistique et varié, cela crée plutôt une vision étroite et limitée de la façon dont les enfants apprennent et se développent qui ne servira pas les enfants. il est conçu pour aider.

Qu'en est-il de l'évaluation?

En mettant l’accent sur le jugement professionnel, on essaie clairement de faire en sorte que l’évaluation des enfants ne devienne pas simplement «quelque chose qui doit être fait» et donc inefficace pour promouvoir le progrès ou identifier les enfants qui risquent de prendre du retard. Les enfants seraient mieux servis si les praticiens pouvaient utiliser leur jugement professionnel pour déterminer quels enfants doivent être évalués et dans quels domaines, ce qui peut entraîner une moindre évaluation pour certains enfants et une plus grande quantité d'évaluations plus efficaces et axées sur les interventions pour ceux qui en ont besoin. c'est le plus. Seul le temps nous dira s'il s'agit d'une attente réaliste sans plus de financement, de formation ou de conseils pratiques.

Pour plus d'informations et des commentaires sur l'industrie, consultez:

Cherchez la troisième partie le mois prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *